aller au contenu

Programme d'Appui transitoire au secteur de la santé (PATS) Kinshasa,2 Kasaï, Kivu (Nord, Sud, Maniema)

Région
Afrique Subsaharienne
Pays
Congo RDC
Montant total du projet (EUR)
5 M€
Source du financement
Commission Européenne
Date début
01/01/1998
Date fin
31/12/2005
Description du projet
Le PATS s'est inscrit initialement dans un contexte de crise politique persistante, avec paralysie des institutions, suspension des accords de coopération bi et multilatéraux, asphyxie des projets en cours, et dégradation importante des conditions de vie économiques et sociales.

Le PATS visait à maintenir en activité et développer les services de santé encore fonctionnels. Il s'agissait de préserver l'acquis pour construire l'avenir, en évitant que la dégradation soit irréversible. Le programme passe exclusivement par les opérateurs non gouvernementaux.

Le PATS a financé un ensemble cohérent et coordonné plus de cinquante projets mis en œuvre directement par une trentaine d'ONG européennes et congolaises. Ces projets concernent l'appui aux Zones de Santé, aux structures hospitalières, à la lutte contre les grandes endémies. La nutrition, l'approvisionnement en eau, les problèmes sociaux (orphelins du sida ...), le système d'approvisionnement en médicaments et le système d'information sanitaire ont été également des domaines d'intervention.

Le PATS a également appuyé les structures de coordination régionales, la concertation centrale des appuis au secteur de la santé et a appuyé la mise en œuvre d'une approche contractuelle.
Un projet pilote de mise en œuvre d'un fonds de subsidiation des médicaments a été financé, ainsi qu'une expérience pilote de fonds d'équité.

La coordination et la gestion du PATS étaient assurées par un bureau de coordination central et 3 bureaux d'appui technique régionaux
Description des services rendus
Assistance technique et gestion complète du programme.
L'assistance technique, qui a varié durant le programme, était composée de :

- 1 coordinateur spécialiste en Santé Publique
- 1 administrateur pour la coordination centrale
- 3 médecins Santé Publique pour les bureaux régionaux
- un expert en programmes " eau et assainissement "
- un logisticien
- une dizaine de personnel local (administrateur, médecins, comptables, chauffeurs...)